fbpx
Beta!
Beta!

La PNL et l’épuisement professionnel

Il y a différents facteurs de stress qui peuvent amener une personne à vivre un épuisement professionnel. Par exemple : l’intensité du travail, la pression, la monotonie, un travail qui ne fait aucun sens, les difficultés de conciliation entre la vie personnelle et professionnelle, les changements dans l’organisation, les restructurations, la performance exigée, la vulnérabilité de l’emploi, la mauvaise répartition des tâches, la charge de travail élevée, la diminution du soutien social, l’augmentation des conflits de valeurs¹…

Malheureusement, il y a certaines limites aux pouvoirs que les travailleurs ont sur les différents facteurs de stress de leur milieu de travail. Cependant, ils peuvent trouver les moyens pour améliorer et apprendre à mieux gérer les émotions vécues au travail. Selon plusieurs auteurs, l’écoute de soi devrait devenir une priorité pour mieux vivre au travail².

Selon mes expériences personnelles et professionnelles, la programmation neurolinguistique (PNL) est une approche très puissante dans un contexte de counseling de carrière pour accompagner les personnes vivant un épuisement professionnel.

Par ses différentes techniques d’intervention, la PNL a le pouvoir d’amener la personne à se reconnecter à ses besoins, à ses valeurs, à ses rêves, à son identité et même au grand sens qu’elle souhaite donner à sa vie.

Par la PNL, elle peut retrouver un sens à ses actions et reprendre confiance en elle. La personne qui vit un épuisement professionnel vit souvent le sentiment d’être coincée dans un tourbillon de pensées nuisibles qui la maintient dans un état de non-énergie grandissant. La personne s’empêche peut-être de se mettre en action en s’alignant avec ses désirs, ses valeurs, par peur de… mais cette peur ne fait qu’augmenter son faible taux énergétique. L’affirmation de ses limites personnelles permet à la personne de retrouver l’énergie de tout son être. Alors, comment peut-on aider les personnes à développer l’écoute de soi? Comment les aider à développer leurs ressources internes, à adapter leurs stratégies et leurs comportements quant à leur réalité professionnelle, pour qu’elles aient de l’espace pour ÊTRE? Pour ma part, j’utilise les outils de la PNL, ils permettent à la personne de trouver SES stratégies gagnantes, de les intégrer pour que la transformation soit profonde et durable. 

 

Il est important qu’elle prenne le temps de reconnaître sa valeur, son identité, ce qu’elle veut réellement et ensuite qu’elle apprenne à respecter ses limites.

Il est primordial, voire essentiel, que la personne se permette de mettre sa vie sur PAUSE pendant un moment et qu’elle ose plonger à l’intérieur d’elle-même pour mieux ressentir ce qui l’amène à être dans cette situation inconfortable. À son retour au travail, la personne a besoin de ralentir et d’aller à SON rythme à elle, non pas au rythme de son milieu de travail ni au rythme de ce que la société lui demande indirectement d’être et de faire. Malheureusement, la personne a souvent le sentiment qu’elle doit suivre ce rythme, qui n’est pas le sien, pour avoir le sentiment de performer, d’être compétente, de se sentir valorisée et reconnue. Elle a besoin de se reconnecter avec son essence profonde. Cela fait peut-être des années que la personne va à un rythme qui n’est pas le sien, elle n’a peut-être jamais été à son rythme, elle ne sait peut-être pas quel est ce rythme et celui qui lui convient réellement. Peut-être le connaît-elle et ne se permet-elle pas de le suivre par peur du jugement, par culpabilité de ce qui devrait être… C’est à ce moment-là, lorsque le corps et l’esprit ont atteint leur masse critique, qu’ils tentent de communiquer que cela suffit et lancent des messages d’alerte. La personne peut décider de ne pas entendre ce que son corps et son âme essaient de lui dire, elle peut prendre une courte pause et ensuite continuer à ne pas entendre… revenir au travail pour continuer de s’épuiser. Cela peut faire partie des compétences du conseiller d’orientation que d’amener la personne à se reconnecter à son ÊTRE profond, même si une partie de la personne souhaite déjà être dans le FAIRE (ex. : faire une réorientation de carrière, changer de poste, d’emploi, passer des entrevues…).  

 

La personne a besoin de revenir à elle, de revenir au calme intérieur, de se solidifier dans son être avant de retomber dans le faire. À mon avis, si la personne ne saisit pas cette magnifique chance d’évolution, la vie lui renverra plus tard une même épreuve, une autre belle occasion de ralentir, de se reconnecter à elle-même. Lorsque la personne se sera donné le droit de prendre ce temps d’introspection et qu’elle se sentira solide intérieurement, l’action deviendra évidente et sera une source d’énergie formidable. Souvent, cela demande un précieux accompagnement pour y parvenir et sortir de ses croyances limitantes, changer ses perceptions par rapport à elle-même et à la situation. Le conseiller d’orientation qui est spécialisé dans ce type d’accompagnement peut être une ressource incroyablement précieuse.  

* Dans le but d’alléger le texte et d’en faciliter la lecture, le générique masculin est utilisé comme genre neutre. 

 

Références :

¹ Sophie Morin. 2017. Collection Vivre mieux au travail : s’affirmer et réguler ses émotions, p. 26-29, p. 73-79, p. 92-93.

² Colombel, Dr Marine (2018). La méditation anti-burn-out : 7 étapes pour retrouver la sérénité au travail, p. 1-250.

Like and Share

Comments