fbpx
Beta!
Beta!

51 minutes de puissance extatique: Le récit de naissance d’Eli

25 juillet

42 semaines et 2 jours

Suite à une belle journée à profiter du soleil et à se promener, on se donne de l’amour mon chéri et moi puis j’ai 2 épisodes de légers saignements avec perte de bouchon muqueux en début de soirée.

Les sages-femmes me recommandent un monitoring et une échographie puisque je suis en dépassement de terme et suite aux saignements.

Après en avoir discuté avec mon mari et ma doula pour faire un choix éclairé, je décline puisque je sens que c’est mon col qui travaille, que bébé bouge bien et que je me sens confiante que j’y suis presque.

Je sens que ce sera la dernière routine dodo de Zak de notre petite bulle à 3 et je veux profiter de chaque moment.

Déjà, je commence également à utiliser quelques outils naturels d’activation pour encourager mon corps vers le travail: cataplasme d’huile de ricin sur la bédaine,

Point d’acupression avec HE de sauge sclarée, tisane de thé du labrador et framboisier, homéopathie Nata-Aide dose augmentée.

26 juillet 2023

42 semaines et 3 jours de grossesse

7h00
Après une belle nuit de sommeil, je me réveille vers 7h00 en sentant que ça se contracte dans mon ventre et dans mon dos, très légèrement, mais c’est nouveau!

Comme d’habitude, on se lève et on va marcher tous les 3 pendant que je constate que les petites contractions plaisantes sont quand même constantes et fréquentes.

Je propose d’allonger la marche et de monter une grande côte pour utiliser la gravité pour encourager bébé à descendre.

J’en profite pour cueillir des branches décoratives pour accueillir le placenta.

À notre retour, je m’active:

Je continue l’acupression à la sauge

Je me fais une tisane

J’allaite Zak

Je bounce sur mon ballon

Et je demande à mon chéri de placer le matelas avant de faire le déjeuner au cas où…

Je vais souvent à la toilette, mon corps commence à se vider et à faire de la place.

Je prend un déjeuner ultra léger qui me satisfait, me rappelant que mon corps aime être vide pour accoucher (clin d’oeil à l’an dernier 🤢🤮)

Je regarde la grosse assiette de mon mari et j’en ai déjà mal au coeur presque.

8h30

Mon petit Zak (14 mois) commence déjà à m’irriter un peu pendant les contractions, je demande à ma maman de s’en venir pour s’en occuper 🥰

Les contractions sont aux 7 minutes et durent 30 à 40 sec, mais elles sont tellement gerables que je ne suis pas encore certaine que c’est le moment venu officiellement.

Je m’installe pour me créer une bulle, je met une “early labor meditation” dans les oreilles, que j’adore, et elle enseigne une technique de respiration qui guidera chaque début de vague avec brio lors de mon travail: Inspire en 4, longue expiration

Je vais m’installer sur la toilette pour prendre quelques contractions et je sens littéralement le bébé descendre quelques centimètres et les contractions monter d’un cran, suivi d’un peu de perte rosée, ça streeeeeetch down there !!!!!

Je sais maintenant que la toilette sera un endroit clé pour mon travail.

Quand ma mère arrive, on jase un peu. D’un regard, je vois tout son support et l’admiration qu’elle me porte et ça me fait me sentir si forte et légère à la fois.

Je sens que les hormones et neurotransmetteurs s’activent: j’ai chaud pendant les contractions et j’ai froid et j’ai le goût de dormir entre les contractions. L’endorphine est déjà là ?

Wow, pourtant c’est vraiment pas intense encore !

Mais je demande quand même à chéri de me préparer un saut à vomito parce qu’au sommet des vagues parfois 🤢 Mal au coeur !

10h00

Les sages-femmes m’appellent, je leur confirme mes contractions douces aux 7 min. Elles me parlent déjà de stripping et d’actea racemosa pour stimuler comme je suis à 42 semaines +… je decline en leur disant “on verra vers 13h si rien ne bouge”. Mon petit doigt me disait que c’était pour bientôt.

10h30

Ma doula Caro et ma photographe se mettent en route, elles ont 2 heures à faire pour se rendre, on prend pas de chance !

Je continue de bien prendre les vagues tranquille dans mon espace.

12h15

Je m’installe entre les genoux de mon chéri en position pro-gravité, on sent qu’Eli est déjà bien placé pour descendre (contrairement à Zak l’an dernier).

Je commence à avoir bien besoin de mes respirations et de pratiquer mes sons quand ça contracte, mais je dis “OUIIIII”

et “C’est BIIIIENNN” au peak de la vague, parce que je veux que ça monte plus haut encore, je suis à 100% dans l’accueil de l’intensité.

Parce que je sais que je peux en prendre tellement plus que ça !

Je suis dans ma pleine puissance et dans la confiance totale envers mon corps.

Je l’ai vécu l’an dernier,

Je suis convaincue que je ne suis qu’au début…mais Dom me dit “on dirait déjà que tu es rendu loin comparé à l’an passé…”

12h45

Caro et Catherine (doula & photographe) arrivent et installent des décos et du matériel.

Caro me donne un peigne d’accupression et j’apprécie tout de suite le détournement et le soulagement de la pression qu’il m’offre pendant les vagues.

13h00

Je pourrais rester entre les jambes de mon chéri pour chiller, mais je sais quoi faire pour activer: THE TOILET

En marchant, OMG, il est donc bien bas mon ventre?? J’en ai de la difficulté à marcher…eeeehh?? 🤔😲

Je demande à Caro de m’accompagner et je m’installe à califourchon sur la toilette.

Dès que je fais pipi, je sens bébé descendre et la prochaine vague me submerge et me fait accentuer les sons graves!

Caro met rapidement ses doigts et pèse fort sur les 2 trous dans le bas du dos, c’est magique! La pression descend, merciiiii! 🥹

Je constate encore à quel point les hormones font leur job: tout mon corps tremble intensément entre les vagues.

Mais je peux en prendre encore plus.

OUIIIIIII.

Oooooookayyyyyyyyy

OOKKAAYY??

On s’en va là déjà ??…OOKKAYYY !!!

Allez DESCEEEEND mon bébéééé….

Grrrrr….fuuuuck…..

13h19

Dom appelle la Sage-femme pour leur dire que j’ai des contractions aux 3 min.

Elles se mettent en route.

Je ne prend que quelques contractions et je sens le vomito pas trop loin pendant les peaks, mais finalement l’intensité ne montra jamais assez haut. Ce sera un enfantement exempt de vomito à mon grand bonheur ! 😂

Après quelques contractions hautement efficaces, je ne peux pas plus rester sur la toilette. It’s enough !

Difficile de retourner sur mon matelas dans le salon, on dirait que je vais échapper ma bédaine 😂 Bin voyons !

Je me met à 4 pattes sur mon ballon.

J’ai chaud, je tremble, je souris à mon chéri entre les contractions,

Je suis hyper bien entre les contractions, j’accueil chaque moment de répit.

Ça y est, je suis dans le travail, l’intensité est bien là mais je gère avec sons et respirations, bruit de babines de cheval pour assouplir le col, relâchement des mâchoires et autres petits grognements bestiaux.

J’arrive à penser à toutes les techniques apprises depuis 2 ans, c’est merveilleux.

Je suis dans ma belle bulle, mais je suis toute là !

J’ai une vague qui me fait dire “non non non non” et Caro connecte son regard au mien et me dit:

“Marika, ça se passe super bien”

Tout de suite cette phrase me ramène,  ça me fait pensée à l’atteinte d’un mini-sommet, mais je suis sceptique d’y être déjà… et je vois finalement le paysage,

C’est beau.

Ça va bien, bébé s’en vient!!!

Soudain…

Une contraction me donne une poussée réflexe!!???!

Dans ma tête: «Kossé ça ?? WHAT? Y’a-t-il erreur dans les étapes de cet enfantement ?? 😂»

À la fin d’une contraction assez intense, je dis «Ça pousse tout seul!!!»

Je commence à pousser de petits son et sentir le moment de répit, ce moment pour télécharger l’âme de mon bébé…? Wow!

Je me repose quelques secondes ou minutes.

Ma sage-femme sait que si j’enfante avant son arrivée parce que ça va vite, que je trouverais ça magnifique et naturel, mais que je serais aussi heureuse qu’elle soit présente.

Donc aucun stress d’un côté ou de l’autre si ça va vite, je suis bien préparé.

Je me sens en confiance même si ma tête a de la difficulté à croire que c’est vraiment la poussée (mon moment PREF 😍) qui commence déjà.

Je me dit que j’aurais dû avoir des contractions beaucoup plus intenses et douloureuses avant d’en arriver là ?

Mais bon, WOW!

Une autre poussée réflexe, Caro me dit que parfois c’est la poche des eaux qui fait une pression et déclenche les poussées.

Alors je laisse ça pousser tout seul autant que possible, je n’y met pas trop du mien, la gravité fera son travail. Je décide de me mettre en position guerrière avec 1 genoux par terre, toujours appuyée sur mon ballon.

En effet, la poche des eaux intacte sort sur une poussée, dans ma tête: «Kossé ça Part II ???!»

Est-ce qu’Eli va sortir «coiffé» comme on dit ?
Je la tâte, la caresse, je trouve ça complètement dingue!
Mon chéri nous dit qu’il va dehors 2 min pour checker Zak pendant que ma mère se change, mais Caro lui dit:
“Si tu vas dehors maintenant tu vas manquer la naissance de ton bébé !!!”

Il a reviré de bord assez vite 😂

Ça brûle déjà beaucoup, je call «ring of fire», car je caresse déjà sa petite tête qui est encore à l’intérieur, mais tout près de la sortie !

Je me sens complètement ouverte 💜

Je masse bien mon périnée, mes lèvres, mon clitoris pour bien vasculariser la région qui brûle intensément mais qui tient bien le coup.

Je sens la poche des eaux se rompre et ça rend le tout encore plus chaud, visqueux, et confortable.

Je demande à Caro s’il y a du méconium, elle me dit que le liquide semble clair.

“Yes !”

Une autre poussée et j’insiste un peu plus sur ma force parce que je sens que c’est la tête qui me traverse et qu’elle a besoin de  ma puissance pour passer sans trop de délai.

Je passe les mains sur son cou à l’intérieur de moi, je pense sentir un tour de cordon alors je me prépare à faire une manoeuvre pour qu’il sorte sur un déroulement sur lui-même mais au final il n’y aura pas de tour.

Je sais que le reste est de la petite bière alors je le laisse bien descendre tout seul en poussant parce que j’ai si hâte de le rencontrer !

Il glisse hors de moi

Il est là, déjà, juste sous moi !

Il est foncé, sans trop de tonus les premières secondes, mais ayant visionné tellement de vidéos d’enfantement ça ne me stress aucunement.

Je le regarde un peu, le prend dans mes bras, je fais quelques activations douces en frottant sa colonne de bas en haut.

Très vite il fait des sons, se raidit, bouge 💜

Je m’installe avec lui en position confortable en faisant très attention au cordon relié au placenta toujours à l’intérieur.

Je demande qu’on me donne la poire nasale, j’essaie d’aspirer un peu dans le nez et la bouche pour l’aider à se dégager mais il semble bien respirer.

Je suis aux anges ! Dom aussi, tout le monde est très excité de ce qui vient de se passer!

J’essaie de le laisser venir un peu vers mes seins, je l’aide pour voir s’il est près.

14h00

Les sages-femmes arrivent, bien relax et heureuse de me voir avec bébé dans les bras.

Tous ceux présents lors de la sortie d’Eli baignent dans l’ambiance douce mais électrisante d’ocytocine, ça clash avec les sages-femmes, un peu comme quand on débarque sobre dans un party où tout le monde est déjà saoul 😂

Les SF commencent la paperasse et quelques tests pour s’assurer que maman et bébé vont bien.

Quelques temps après, une contraction me rappel à la délivrance de mon placenta.

Quelques temps après, une contraction me rappel à la délivrance de mon placenta.

J’attrape doucement le cordon pour diriger sa sortie sans tirer et je tente de pousser sur la contraction.

Il ne sort pas, ça ira à la prochaine.

14h00

Les sages-femmes arrivent, bien relax et heureuse de me voir avec bébé dans les bras.

Tous ceux présents lors de la sortie d’Eli baignent dans l’ambiance douce mais électrisante d’ocytocine, ça clash avec les sages-femmes, un peu comme quand on débarque sobre dans un party où tout le monde est déjà saoul 😂

Les SF commencent la paperasse et quelques tests pour s’assurer que maman et bébé vont bien.

Quelques temps après, une contraction me rappel à la délivrance de mon placenta.

Quelques temps après, une contraction me rappel à la délivrance de mon placenta.

J’attrape doucement le cordon pour diriger sa sortie sans tirer et je tente de pousser sur la contraction.

Il ne sort pas, ça ira à la prochaine.

Je renifle bien la tête de mon bébé pour faire le plein d’ocytocine et je délivre doucement le placenta sur la prochaine contraction.

La boucle est bouclée !

L’ambiance est comme dans un rêve

Je buzz sur mes hormones et je baigne dans l’Amour

C’est incroyable de vivre le calme après tant de puissance !

La suite sera occupée de petits moments doux:

Décoration du placenta

La rencontre de Zak et d’Eli

Bébé prend bien le sein en plus !

Déguster la bonne assiette de fruits, noix et fromage préparée par Caro (#JAIFAIM!!!)

Jaser et se raconter encore et encore le miracle qui vient d’arriver

Voir mon mari tenir le bébé, s’embrasser pour célébrer le fruit de notre amour

Et après un bon moment (au moins 45 min- 1h), j’ai pris le temps d’expliquer à bébé que nous allions brûler symboliquement le cordon afin de bien célébrer sa venue sur la terre et que ce sera sans douleur pour lui.

 

Un beau 10 minutes pour remercier le placenta d’avoir nourrit Eli pendant 42 semaines et 3 jours.

Et après un bon moment (au moins 45 min- 1h), j’ai pris le temps d’expliquer à bébé que nous allions brûler symboliquement le cordon afin de bien célébrer sa venue sur la terre et que ce sera sans douleur pour lui.

 

Un beau 10 minutes pour remercier le placenta d’avoir nourrit Eli pendant 42 semaines et 3 jours.

Suivi ensuite de l’emprunte du placenta.
Les sages-femmes complètent les tests: aucune déchirure, pas de gros saignements et un utérus qui commence déjà à se raffermir.

Et bébé va très bien !

Mon premier allaitement en tandem
Les sages-femmes complètent les tests: aucune déchirure, pas de gros saignements et un utérus qui commence déjà à se raffermir.

Et bébé va très bien !

Mon premier allaitement en tandem

Vers environ 16h00

Tout le monde quitte sauf ma maman et reste tous dans notre confort pour profiter de cette nouvelle bulle familiale 💜

Cet enfantement rapide et sensationnel est venu mettre un baume sur mon souvenir de celui de l’an dernier.

Cet enfantement en mai 2022 m’avait fait vivre une latence intense de 20 heures avec perte des eaux et présence de méconium, mais suivi d’un magnifique (mais intense) travail de 6 heures.

Une panne d’électricité m’empêchait de rester à mon domicile, j’ai donc dû aller à la maison des naissances.

Pendant la latence, j’ai utilisé tous les moyens offerts par les sages-femmes pour stimuler le travail (tentative de fissurer la 2e membrane potentiellement non-rompue, stripping sur les contractions pour ouvrir le col, tire-lait, avaler l’huile de ricin, marcher les contractions pendant 1 heure). Bref, mes convictions avaient sauté une à une et j’ai dû panser mes blessures émotionnelles pendant un certains temps, mon mari aussi.

Vers environ 16h00

Tout le monde quitte sauf ma maman et reste tous dans notre confort pour profiter de cette nouvelle bulle familiale 💜

Cet enfantement rapide et sensationnel est venu mettre un baume sur mon souvenir de celui de l’an dernier.

Cet enfantement en mai 2022 m’avait fait vivre une latence intense de 20 heures avec perte des eaux et présence de méconium, mais suivi d’un magnifique (mais intense) travail de 6 heures.

Une panne d’électricité m’empêchait de rester à mon domicile, j’ai donc dû aller à la maison des naissances.

Pendant la latence, j’ai utilisé tous les moyens offerts par les sages-femmes pour stimuler le travail (tentative de fissurer la 2e membrane potentiellement non-rompue, stripping sur les contractions pour ouvrir le col, tire-lait, avaler l’huile de ricin, marcher les contractions pendant 1 heure). Bref, mes convictions avaient sauté une à une et j’ai dû panser mes blessures émotionnelles pendant un certains temps, mon mari aussi.

Naissance de Zak

J’ai vécue cette première naissance dans un climat de peur, j’avais de la difficulté à entrer dans ma bulle. Comme j’avais perdu les eaux et que le travail tardait à s’installer, on me parlait constamment de possible transfert à l’hôpital.

Pour moi l’hôpital n’était vraiment pas attirant, même qu’avant d’avoir une place dans le suivi sage-femme, j’avais un suivi avec un médecin et je me préparait pour un accouchement non-assisté. Je prenais le suivi de grossesse avec elle, mais je ne faisais pas mention de mon plan d’enfanter chez moi avec une autre doula.

Et puis finalement, j’ai pu accoucher en maison de naissance pour mon premier, mais je n’ai pas réussi à avoir l’accouchement dont je rêvais: donner naissance de manière 100% physiologique, même si ce fût un accouchement naturel.

Maison de naissance du boisé, mai 2022

Cette fois, ma demande à l’univers a été respectée: aucune intervention externe n’a été nécessaire.

Mes seuls outils ont été la puissance et la confiance totale envers mon corps et mon bébé.

Je voudrais remercier l’ordre des sages-femmes du Québec qui ont bien respecter mon projet de naissance.

Merci à ma doula et naturopathe Caroline Michel

Et à la talentueuse et discrète photographe Marie Marine Photographie.

Ses photos sont parfaites !

Merci à ma maman Ginette Dumoulin d’avoir été présente pour mon petit Zak.

Et à mon chéri d’amour Dom de croire en moi, de partager la même vision que moi sur la santé en lien avec la nature et pour me fournir tout l’amour et la confiance dont j’ai besoin pour vivre des expériences extraordinaires comme cette naissance.

Merci de m’avoir lu xxx

Si vous aimeriez avoir un accompagnement avec moi en naturopathie pour équilibrer vos hormones, perdre du poids, optimiser votre santé et votre bien-être, visitez mon site web:

https://les-rebelles.com/

Like and Share

Comments